Quels sont les effets à court et à long terme de la cigarette électronique ?

vape

La cigarette électronique existe désormais depuis 20 ans, mais on n’a toujours aucune certitude concernant ses effets sur la santé. Les premières études entreprises ont démontrées que sur le court terme, elle était bénéfique surtout pour les anciens fumeurs, mais qu’en est-il de ses effets sur le long terme ?

Produit de la vapeur aromatisée

C’est la mission première de la cigarette électronique. En tant que telle, la vapoteuse et cigarette electronique Voopoo génère un aérosol inhalable qui contient divers éléments. Parmi eux, on cite :

  • La nicotine : elle génère la sensation de plaisir et d’apaisement que les fumeurs recherchent tant.
  • Le propylène glycol (PG) : il favorise la production de vapeur et renforce la saveur des arômes. Il génère aussi un hit en gorge dont l’intensité est fonction du taux de PG dans l’e-liquide choisi. Plus le taux est élevé, plus le hit est puissant.
  • La glycérine végétale (VG) : elle influe sur la quantité de vapeur produite. Plus le taux de VG est élevé, plus vous aurez de la vapeur, mais la saveur deviendra ainsi plus aérienne.
  • Les arômes : on en trouve une large palette. Ce sont les arômes qui donnent sa saveur à l’aérosol produit.

Dans un e-liquide, le PG et la VG forment ce qu’on appelle base du produit. Sur le marché, on trouve des bases conçues pour les e-liquides DIY. Il suffit d’y ajouter le parfum que l’on souhaite et, éventuellement des boosters à nicotine si on souhaite vapoter un e-liquide nicotiné. Cela suppose effectivement que ce ne sont pas tous les e-liquides qui contiennent de la nicotine. Cette substance peut alors être présente ou absente dans la vapeur produite.

Les effets de la vape sur le court terme

Au cours des 20 dernières années, les scientifiques n’ont eu de cesse d’étudier la cigarette électronique et tous ses accessoires. De certaines de leurs études, il en est sorti que le dispositif :

  • Est moins dangereuse que la cigarette classique :

Moins dangereuse parce que l’absence de combustion lui évite de produire du goudron, du monoxyde de carbone et de particules fines. Sur le court terme, on peut dire qu’elle ne cause pas les mêmes maladies meurtrières que cause le tabac. Ce point est toutefois à prendre avec prudence, car certaines pathologies comme le cancer mettent parfois une cinquantaine d’années pour apparaître.

Quoi qu’il en soit, on peut dire qu’elle reste moins dangereuse. On attire également votre attention sur ce point, car ici, « moins dangereuse » peut signifier « dangereuse, mais à incidence plus faible que la cigarette classique ». Dans un monde idéal, le mieux serait d’éviter vapotage et tabagisme, mais à choisir entre les deux, la vape est beaucoup plus sûre.

  • Elle ne génère pas forcément la dépendance nicotinique :

Chez les fumeurs, la principale source de dépendance est la nicotine. Comme elle n’est pas présente, de manière systématique, dans les e-liquides, ceux qui n’en consomment pas ne risque pas d’en devenir dépendant.

Pour ceux qui choisissent des e-liquides nicotinés, le risque demeure, mais il est très faible étant donné que le taux de nicotine autorisé dans les e-liquides est strictement limité à 20 mg/ml. Le fait qu’elle se consume à combustion lente réduit aussi la consommation des vapoteurs. Il faut seulement éviter d’en abuser.

  • Elle est plus efficace que les substituts nicotiniques :

Cela a été prouvé lorsque certains fumeurs en plein sevrage tabagique ont remplacé les substituts nicotiniques par le vapotage d’e-liquides nicotinés. Ils ont effectivement remarqué que l’aérosol contenant de la nicotine apaise davantage la sensation de manque générée par l’arrêt de la clope. Et ce n’est pas son seul atout puisqu’en retrouvant les gestuels relatifs à la cigarette traditionnelle, on se sent plus rassuré et plus motivé à décrocher totalement de la clope.

Certains médecins prescrivent alors l’usage de l’e-cigarette à certains de leurs patients ayant du mal à arrêter de fumer.

Les effets de la vape sur le long terme

Si ses effets sur le court terme ont été validés, ses effets sur le long terme manquent encore de recul pour être validés.

En effet, comme on l’a dit plus haut, certaines pathologies mettent environ 50 ans pour apparaître or, le dispositif n’est utilisé que depuis une vingtaine d’années.

Les études se maintiennent toutefois et certaines d’entre elles évoquent quelques effets secondaires de la vaporette. On dit, par exemple, qu’elle génèrerait la toux chronique, des effets sur les cellules cardiaques … mais les chiffres annoncés jusqu’ici restent en dessous des seuils de toxicité en vigueur.

avril 1, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *