L’essentiel à savoir sur la tricopigmentation

perte cheveux

Si auparavant les personnes souffrant de la perte de cheveux devaient essayer en vain des techniques inefficaces pour faire repousser leur chevelure, la tricopigmentation leur offre une solution efficace, durable et surtout accessible. Que faut-il savoir à ce sujet ? Zoom sur la tricopigmentation.

Qu’est-ce que la tricopigmentation ?

La tricopigmentation est une technique de micropigmentation qui tient ses origines d’Italie et qui est réalisée au niveau du cuir chevelu du patient. Elle a pour but de masquer les imperfections dues à la perte des cheveux et de combler les zones sans fibres capillaires. Qu’il s’agisse d’une calvitie, d’une pelade, d’une alopécie ou de cicatrices post-transplantation (après greffe FUT ou FUE), la tricopigmentation saura les camoufler à la perfection en donnant d’impression d’avoir des cheveux qui poussent.

La tricopigmentation : pour qui ?

Nous avons souvent tendance à croire que la tricopigmentation s’adresse uniquement aux hommes. Toutefois, il faut savoir que de nombreuses femmes souffrent également de calvitie, que celle-ci soit naissante ou profonde, engendrant chez la gent féminine beaucoup de complexes et une perte de confiance en soi. Il faut donc retenir que la tricopigmentation est une pratique qui peut être réalisée sur tout type d’individu, sans distinction de sexe, d’âge, ou de couleur de cuir chevelu.

Le déroulement d’une séance de tricopigmentation

La tricopigmentation consiste à introduire des pigments biorésorbables dans l’épiderme du patient en respectant un schéma (celui du hairline du patient) bien défini suivant la zone et l’espace à traiter. Pour cela, le tricopigmentiste se sert d’un appareil, le dermographe, qui est équipé de micro-aiguilles. Plusieurs effets sont réalisables, de l’effet « rasé » à une densité adaptée à toutes les situations. Le résultat obtenu par cette technique est très naturel précis. Une séance de tricopigmentation peut durer entre 2 à 6 heures en fonction des zones à traiter. Le tricopigmentiste informera le patient des conseils et précautions à suivre à la fin de la séance. En cas de besoin, le patient peut décider faire une retouche après quelques années.  

Il faut cependant préciser qu’avant d’arriver à cette étape, notamment l’opération, le patient devra faire une première consultation avec son tricopigmentiste. Lors de ce premier contact, le spécialiste examinera la morphologie et la colorimétrie de son patient, avant de lui demander de réaliser un questionnaire de santé afin de connaître exactement les attentes de celui-ci. Après cela, le tricopigmentiste établira un devis avant d’en venir à l’opération.

La tricopigmentation est-elle douloureuse ?

Il faut savoir que cette technique de micropigmentation n’est pas douloureuse, et bien moins qu’un tatouage ordinaire ou une greffe. Le patient ne ressentira qu’une sensation de picotement, qui peut être atténué en appliquant une crème de désensibilisation. Toutefois, l’utilisation d’un équipement informatisé à la pointe de la technologie et d’aiguilles surfines permet de réduire de manière considérable cette sensation désagréable.

Le résultat

Le résultat obtenu est satisfaisant dès la première séance, même si la tricopigmentation paraît un peu plus foncée la première semaine suivant l’intervention. Il faut 4 à 8 semaines pour obtenir le résultat final. Une deuxième séance peut être utile pour obtenir un résultat final parfait.

février 15, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *